Atlas Copco

Pour le troisième jour de la mission, nous avions rendez-vous avec la compagnie d'origine suédoise et principal partenaire corporatif de la mission InterÉTS depuis déjà 5 ans!

La photo ci-dessus en compagnie du Atlascopcosaurus, puisque c'est Atlas Copco qui ont découvert ce fossile d'une espèce alors inconnue.

 

Inutile de préciser que notre accueil fut fort chaleureux et typiquement japonais, donc notre programme fut respecté à la minute près!

 

Après une courte présentation de leurs différents secteurs d'activité, soient :

-Compresseurs Industriels

-Outillage industriel

-Forage et mines

-Construction

Nous nous sommes concentré sur le secteur des compresseurs industriels, soit le secteur d'activité de la filière tokyoïte, qui est aussi la plus présente dans la région de Montréal.   D'ailleurs, cette dernière est très active dans le volet COOP de l'ÉTS, accueillant régulièrement plusieurs étudiants de l'école pour des stages corporatifs. 

 

Bien entendu, ayant déjà assisté à une présentation de l'entreprise avant notre départ, cette visite fut fort intéressante sur le plan humain, exposant certaines particularités de la culture d'entreprise au Japon ainsi que les réalités du marché japonais. On y apprit entre autres que les standards de qualité y étaient souvent plus élevés, certains clients refusant des livraisons pour des motifs aussi minimes qu'une égratignure ou encore qu'au Japon l'entreprise devait, bien souvent, non pas garantir la date de livraison, mais plutôt la date de réception des marchandises par le client, ce qui pose parfois des défis logistiques importants.   Dans un autre ordre d'idée, on pu aussi en apprendre d'avantage sur les défis que représente le fait d'implanter une compagnie aux philosophies scandinaves en territoire nippon.  En effet, en 2008, plusieurs ingénieurs ont rendu leur démission, n'acceptant pas de voir leurs tâches réduites, après que l'entreprise ait décidé d'engager plusieurs gestionnaires de projets afin d'adopter une meilleure division des tâches.  Cette décision est aussi parfois difficile à justifier auprès  des clients qui selon le modèle japonais contactent directement les ingénieurs, mais qui doivent dorénavant passer par des coordonnateurs afin d'adresser leurs questions.  Heureusement, le personnel que nous avons rencontré, semblait accepter et même apprécier cette façon de faire!  

Enfin, un dernier point nous ayant marqué nos esprits lors de cette rencontre, fut d'apprendre que 10% de l'énergie mondiale est consommée afin d'alimenter des compresseurs, domaine dans lequel Atlas Copco est un leader incontesté à l'échelle mondiale!  Finalement, nous tenons à les remercier pour avoir rendu cette incroyable aventure possible pour une quatrième année!

Écrire commentaire

Commentaires : 0